Aaaaah, méditer. Cette activité si mystérieuse dont vous entendez parler absolument partout. Vous vous demandez si vous n’allez pas essayer, à force d’entendre parler des bénéfices à la radio, sur instagram, sur les blogs…

Le problème c’est que dans la méditation, vous allez vous confronter à quelque chose qui n’est pas habituel dans notre quotidien: il n’y a pas de mauvaise manière de faire. Il n’y a pas de résultat à atteindre. Il n’y a aucune manière de mesurer si vous êtes « dans la norme » voire « doué » car, à mon sens, c’est absurde d’utiliser ces notions dans le cadre de la méditation (tout comme pour le yoga. Oui. Je vous jure).

Aujourd’hui, j’aimerai partager avec vous des conseils que je donne parfois à mes amis qui débutent leur pratique. J’ai envie de démystifier le processus pour que vous puissiez tester cet outil sans vous mettre une pression injustifiée. Vous n’êtes pas là pour résoudre un problème, pour vous forcer à vous plier à une nouvelle injonction « du cool ». Non, méditer c’est simplement faire une pause. Un moment en dehors du quotidien où vous êtes seul avec vous même. Tranquillement. Une vraie pause où votre cerveau va pouvoir commencer à décrocher pour se reposer. Et surtout, n’oubliez pas : vous ne pouvez pas réussir ou rater.

Rien à payer

Vous faire du bien sans dépenser un centime, c’est pas mal non ?

Vous n’avez pas à payer une application ou un atelier pour commencer à méditer. Simplement mettre un minuteur de 10 minutes sur votre téléphone tout en restant assis dans le silence, à l’écoute de votre respiration naturelle, c’est être dans une pratique de pleine conscience. C’est une activité qui ne demande rien à part la volonté de s’arrêter dans sa course effrénée. Elle peut se pratiquer n’importe où (soyons honnête: je me suis déjà éclipsée aux toilettes pour méditer 5 minutes) et aucun matériel n’est nécessaire car même le minuteur est, au fond, accessoire.

Je comprends tout à fait que méditer dans le silence puisse être déstabilisant si l’on a jamais médité (ou si on aime être guidé). La magie de l’internet nous permet d’avoir accès à des vidéos sur Youtube pour que vous puissiez essayer différentes méditations et la plupart des applications vous en offrent même des disponibles gratuitement. Vous n’avez donc pas à vous engager dans quoi que ce soit pour tester !

« You think, you loose »

La méditation n’est pas un challenge youtube où vous perdez si vous n’arrivez pas à stopper vos pensées. Il est normal que des pensées viennent vous titiller, hey, on est humains, non ? Si mes souvenirs sont bons, une métaphore qui est utilisée sur l’application Headspace est la suivante : imaginons nos pensées comme une route avec beaucoup de traffic. Chaque voiture représente une pensée. Vous pouvez décider entre deux choses: 1/ de la laisser passer devant vous ou 2/ vous pouvez décider de monter dedans. Lorsque vous méditez et qu’une pensée se présente, il faut essayer de laisser la pensée passer sans rebondir dessus. Une pensée qui se présente en appelle une autre qui en appelle une autre, et cela à l’infini. L’idée est donc de ne pas continuer la chaîne. Vous « voyez » la pensée, mais vous la laissez mourir car vous ne l’enrichissez pas d’une autre pensée ensuite. Parfois vous y arriverez, parfois vous monterez dans la voiture. Ca arrive, c’est normal, c’est pas grave. L’essentiel c’est d’essayer.

Votre rythme est le bon

Vous lirez partout que le mieux c’est de méditer régulièrement, voire quotidiennement. Bien sûr ! J’avais même lu que pour le cerveau il est plus bénéfique de pratiquer 10 minutes par jour tous les jours plutôt qu’une heure par semaine (ndlr: mes souvenirs sont approximatifs). En gros, on recommande une pratique ancrée dans une routine quotidienne. C’est comme le sport: c’est mieux de marcher tous les jours 10 kms mais nous n’y arrivons pas tous.

Je peux parler d’un point de vue personnel: vous savez peut être déjà que j’ai du mal à m’imposer un rythme strict dans ma sphère personnelle. J’adapte constamment mes activités avec mes humeurs et mon niveau d’énergie. Mes activités sont aussi cycliques que mon corps. Je sais que c’est mon rythme et vous avez pu remarquer que je refuse de m’imposer de la pression productiviste dans ma vie personnelle (dont la méditation fait partie donc).

Est-ce que je médite tous les jours ? Je n’en sais rien car je n’ai pas de rituel lié à la méditation. Un moment de calme dans une journée ? Méditation. J’ai du mal à dormir ? Je médite. J’ai un moment de stress avant un RDV ? Méditation express dans le métro. Période d’angoisse en vue (ou installée) ? Je sors les gros moyens avec des méditations de 45 minutes. Je ne tracke pas, je ne peux donc pas comparer. Résultat: je ne peux pas culpabiliser… ou me féliciter.

La méditation est un outil que j’utilise quand j’en ressens le besoin ou l’envie. A force, cela devient un réflexe. Je n’aime pas l’idée de me mettre la pression pour en faire ou non. Mes journées sont à l’image de la vie: une structure relativement fixe pourtant aucune n’est identique, et je l’accepte. C’est plus fluide, cela correspond à mon caractère.

Alors si vous êtes du genre à en faire tous les jours 10 minutes et non pas à en faire une heure de 45 minutes, c’est génial ! Si vous êtes justement le profil qui préfère enfiler 2 heures de méditation le weekend mais qui n’arrive pas à en faire en semaine, c’est génial aussi ! Et si vous en faites 5 minutes par ci par là, c’est tout aussi génial.

Faisons simple: vous en faites à votre rythme ? C’est génial. Ca évoluera avec le temps. Soyez patients avec vous même.

N’oublions pas: on est pas là pour prouver quoi que ce soit à l’Autre, on est là pour soi.

Différentes méditations

Il existe différents types de méditation donc si vous ne trouvez pas ce qu’il vous faut lors de vos premiers essais, peut-être devriez essayer d’autres manières.

J’apprécie particulièrement être face au silence et écouter ma respiration, mais dans les périodes de fortes angoisses les techniques de visualisation me sont d’une grande aide. On peut aussi atteindre un état méditatif dans d’autres pratiques comme lors d’un cours de yoga grâce aux postures ou aux chants de mantras. Il m’est aussi arrivé d’assister à des méditations utilisant du son (comme des gongs), ou encore des méditations où nous commencions avec de la marche où nous devions aller le plus lentement possible.

Je ne connais pas assez les différentes techniques pour vous en parler en détail. Les miennes (simples) me suffisent, je n’ai donc pas cherché plus loin. Si vous commencez, les applications comme Calm, Petit Bambou, et Headspace me semblent excellentes.

Je ne vais pas vous cacher que pour moi la méditation est un exercice de lâcher prise. C’est pour ça que j’aime l’idée de mettre un minuteur et d’attendre dans le silence. Je n’attends rien de particulier. L’exercice se suffit en soi, et je n’attends pas de lui qu’il me transforme. Les effets se font certes sentir (apaisement, bien être) mais je ne sais même pas si je suis là pour le bénéfice. Je pense qu’à force, je le fais pour être présente à moi même, pour me créer du temps en dehors des stimulis innombrables de notre vie connectée. C’est un moment où on est simplement présent, ce qui est rare et me semble précieux.

Parfois on réussit, parfois pas

Ce n’est pas parce que dans une méditation vous allez « finalement » réussir à atteindre un stade sans pensée parasite que cela veut dire que vous avez atteint un stade qui vous garantit que vous ne retournerez pas à la case départ après. C’est pour cela que je ne vois pas la méditation comme « un début/une fin » ou encore avec un objectif à atteindre. J’ai cette sensation que l’exercice en lui même est la finalité de l’acte. Cela est-il dans la tradition ? Je n’en sais rien. Je ne connais pas les méthodes, je ne connais pas les textes, je connais à peine la philosophie derrière.

Alors, pourquoi j’en parle si je suis aussi illégitime ? Parce que je suis convaincue qu’il n’y a pas besoin de tout cela pour s’y essayer et avoir une expérience forte. Pas besoin d’objet, pas besoin d’appli, pas besoin de connaissance « secrète », pas besoin de règle.

Restez seuls avec vous même pendant 1h, dans le silence, à écouter votre respiration en laissant l’expérience glisser sur vous, vous verrez bien que vous aurez vécu quelque chose qui est aussi juste et valable que votre voisin.

Dans le doute, revenez à votre respiration

L’ultime conseil, celui sur lequel nous allons nous quitter: dans le doute, écoutez votre souffle. Les pensées afflues et vous vous rendez compte que vous vous êtes laissé embarquer par l’une d’elles ? Eh bien c’est top car vous avez pris conscience que vous vous êtiez détourné de votre exercice ! Vous commencez à prendre la place de l’observateur !

Une fois cette réalisation passée, vous pouvez vous recentrer en vous concentrant sur votre inspiration puis expiration. Se concentrer là dessus permet de reprendre le contrôle et d’éviter de se laisser divaguer.

Voilà, j’ai déjà beaucoup écris, j’espère que vous trouverez des choses qui font échos en vous. Si cela vous fait penser à votre propre expérience ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les écrire en commentaire ! Je serais contente d’avoir votre retour sur cette pratique de plus en plus répandue 🙂

On se voit vite ?

Sibylle

Publié par :Sibylle Roze

Designer graphique, créative en général, j'aime aussi écrire et prendre des photos. Le bien-être est un sujet qui me fait vibrer, et je souhaite montrer aux gens qu'ils ont le pouvoir de reprendre la main sur leur quotidien, petit à petit.

4 commentaires sur &Idquo;Conseils pour commencer à méditer sereinement&rdquo

  1. ah ah , j’ai envie de  » démystifier » je crois tu voulais dire?? rigolo, ce lapsus 🙂
    pour ma part, je commence par un temps d’ancrage ( juste sentir ses appuis ou se relier par l’imagination au centre de la terre, un canal rouge du périnée qui s’enfonce dans la terre ) c’est aidant pour se poser, avant de s’expandre , se dissoudre, et parfois de s’envoler…j’ai bien aimé la métaphore des voitures, tout à fait ça, et je connais pas les applis , je vais aller voir, merci 🙂

    J'aime

    1. Hahaha merci de m’avoir signalé la coquille ! 🙈 Ça m’apprendra à écrire les articles la nuit. Même en relisant sur le moment, je n’ai de toute évidence pas les yeux en face des trous dans ces conditions !

      Hyper intéressant ta remarque sur l’ancrage ! Plusieurs amis me disent qu’ils font comme toi donc ça doit être un très bon moyen de se recentrer dans son corps !

      Merci beaucoup pour ton commentaire 🤗

      J'aime

  2. Nooooon j’ai laissé un commentaire super long et il s’est effacé.
    Pour résumer, je me suis essayée à la méditation peu après la découverte du yoga. Et j’avais vraiment l’impression d’être une vaste blague en faisant ça, je ne me sentais pas très légitime à méditer (ce qui est complètement con, je le conçois). Donc j’arrivais pas à m’approprier ça, donc je le faisais à moitié. Et puis il y a deux mois j’ai découvert la cohérence cardiaque. Je le fais selon la méthode la plus simple, 6 respirations par minute pendant 5 minutes. Et là ça a été la révélation, je le fais généralement matin et soir. Et une fois l’après midi si j’en ressens le besoin. Et je m’autorise à totalement relâcher mon corps pendant ces 5 minutes, à ne pas me laisser stresser par des pensées parasites (et si elles sont là que je n’arrive pas à revenir juste sur ma respiration, je les laisse être là mais sans stress et sans jugement).

    Du coup je suis en train de découvrir tous les pouvoirs de la respiration et je trouve ça fou ! C’est chouette d’en avoir fait un article. J’aime beaucoup te lire parce que tu parles de tous les domaines qui me font énormément de bien, tout en ayant une vision très simple et accessible de ces domaines. Le yoga, la méditation, la gestion des émotions, etc… ce sont des sujets très à la mode, et en fait c’est dur de s’y retrouver et de garder une approche “pure“ du bien être. Et c’est vraiment cool de trouver des articles faciles sur le sujet 🙂

    J'aime

    1. Aaaaah, ma pauvre c’est hyper frustrant quand les commentaires longs s’effacent >.< Et tu remarqueras que c'est rarement les petits qui le font, haha !

      Je suis tombée plusieurs fois que la notion de cohérence cardiaque mais je n'ai pas jamais pratiqué (ou sinon je n'étais pas au courant). Ca a l'air d'être un véritable outil pour redevenir serein, c'est fou. Est-ce que tu utilises une appli pour t'aider ? Je ne saurais pas calculer 6 respirations par minutes 🙈

      Merci pour ton commentaire et pour ton soutien permanent ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s