C’est quoi se sentir chez soi ?

C’est quoi se sentir chez soi ?

Depuis plusieurs années, je me questionne sur le sentiment d’être chez soi et le concept de la Maison. Je le recherche sans avoir l’impression de le trouver. Est-ce que je suis à la maison dans les endroits où je déambule sans jamais avoir besoin d’un quelconque plan car la carte s’est imprégnée jusque dans mon être ? Est-ce là où se trouvent la majorité de mes affaires ? Est-ce là où j’ai envie de poser mes valises pour plusieurs années ? Est-ce là où j’ai des centaines de souvenirs qui parsèment les rues ? Est-ce l’endroit où j’ai passé le plus de temps dans ma vie ? Qu’est-ce qui définit la Maison ? Est-ce définit par la sensation de bien-être qui m’envahit quand j’arrive à un endroit précis ?

Paris ? Nantes ? Ailleurs ?

Pourquoi est-ce que le seul endroit où je me sens pleinement à la maison est un endroit où je n’ai pas vécu ? Où je n’ai pas d’amis ? Aucun bâtiment faisant office de port d’attache.

Pourquoi est-ce que Paris ne me donne plus l’impression d’être chez moi malgré les souvenirs, mes amis et le toit sur ma tête ? D’autant plus que je suis dans un quartier que je connais comme ma poche où l’histoire familiale est présente à chaque coin de rue.

Pourquoi est-ce que Nantes n’est pas exactement ma maison non plus ? Malgré l’attachement que j’ai pour cette ville où j’ai doucement grandi pendant plus d’une décennie. Je la vois enfin avec l’oeil neuf du touriste et pourtant il suffit d’un weekend pluvieux pour me rappeler la longueur des hivers tellement humides que j’abandonne toute perspective d’avoir les cheveux domestiqués. Même le vent me semble différent de celui de Paris. Pourquoi ?

Mes racines sont là, éparpillées mais elles ne m’apportent pas le réconfort que j’en attends.

Où est mon Heimat ?

Je me doute que si l’on est bien dans sa tête, on se trouve bien n’importe où mais cela m’interroge sur deux points: le premier voudrait dire que je peux être entièrement et pleinement épanouie ici sauf que je ne le suis pas. J’ai bien conscience que j’ai sûrement bâti une résistance sur ce point. J’ai envie d’aller voir ailleurs, et cela m’obsède. Je me dis, Sibylle cela fait déjà plusieurs années que tu souhaites partir, et tu es toujours là, empêtrée dans le filet parisien”. Je m’en fais une montagne.

Le deuxième point est le suivant: est-ce que mes envies de retourner près de l’océan, de changer de paysage, d’avoir un extérieur ne sont pas valides ? Sont-elles simplement des illusions données par mon cerveau ? Pourquoi est-ce que tout ce que je souhaite serait nécessairement superficiel ? Certains ont envie de changer de vie et d’avoir des enfants en dehors de Paris, personne ne les questionne. Leur choix semble compréhensible pour tout le monde. Pourquoi est-ce que je me sens tant illégitime de vouloir des choses ? Pourquoi est-ce que je remets constamment en question chacune de mes envies profondes ?

Ces questions nous emmènent à la plus importante de toute: Pourquoi est-ce que je ne fais pas confiance à ma petite voix ? Où est-ce que ça bloque ?

Ma première maison reste mon corps, la coquille que je trimballe avec moi nuit et jour. Je dois peut-être apprendre à l’habiter avant tout, au lieu de la squatter comme si on allait me l’enlever incessamment sous peu.

Je laisse ces interrogations en suspend.

A très vite,

Sibylle

Designer graphique, créative en général, j'aime aussi écrire et prendre des photos. Le bien-être est un sujet qui me fait vibrer, et je souhaite montrer aux gens qu'ils ont le pouvoir de reprendre la main sur leur quotidien, petit à petit.

3 Comments

  1. linemourey
    novembre 4, 2018

    A l’heure où j’écris ce commentaire d’une traite, je ne connais pas sa taille. Pardon d’avance s’il est très long mais le sujet me parle ! J’ai en effet réaliser mon master 1 sur l’habitat intérieur au sens propre comme au sens figuré. J’ai moi aussi déménagé à la suite de mes études et vie active dans diverses villes en me demandant “serais ce chez moi un jour?”. Est ce que j’aurai un jour ce même sentiment d’apaisement que quand je rentre chez mes parents ? Je crois qu’il faut du temps pour s’approprier une nouvelle ville. Des années à se perdre dans les rues, à faire des rencontres, à grandir pour se sentir chez soi. Et généralement, on s’en rend compte quand on bouge et revient sur nos pas, ça nous fait des papillons dans le bidou. D’un point de vue plus psy, le choix de notre appartement ou maison est très révélateur de notre sentiment de sécurité interne et de nos failles. Pour s’approprier notre nouveau chez soi, on a surtout besoin de faire beaucoup de ménage et de décorer les murs ! Un peu comme notre corps, tu as fait un juste parallèle 😉

    Bref, mon commentaire est fouillis, il ne veut rien dire. Impossible de faire une pensée cohérente un dimanche matin 😉

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    Répondre
    1. Sibylle Roze
      novembre 4, 2018

      Merci d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire !

      Ton master devait être vraiment intéressant ! Etait-ce dans un cursus sur la psychologie ou plutôt archi ?

      Je pense que tu soulèves un point intéressant: “le CHOIX de notre appartement ou maison”. Peut-être est-ce là que j’ai un soucis car je n’ai jamais choisi ni ma ville, ni mes lieux d’habitation. J’ai été parachuté à certains endroits, ce n’était pas une mauvaise chose car j’ai eu des très belles opportunités mais peut-être est-ce que ma prochaine étape est là: faire un choix.

      Je te souhaite un très bon dimanche Line 🙂

      Répondre
  2. MELISSA
    novembre 27, 2018

    Je comprends tout à fait ton questionnement ! Pour certains ce n est rien mais pour d’autres (moi la première) , c est une énorme décision , un immense changement !
    Ce n’est pas si facile que ça je trouve moi.
    Pour ma part je suis de Caen ( en Normandie ) et parfois je n’en peux plus pour un tas de petits détails ^^ mais à côté de ça mes proches sont là, je suis maman solo d’un enfant de 10 ans que je ne me voie pas éloigner de son papa et de sa famille enfin bref moi je trouve que c est un gros bouleversement et pas toujours facile à réaliser en plus.
    En tout cas je te souhaite de trouver l’endroit que tu sentiras comme ton chez toi et sache qu il n’y a aucun rêve aucune envie illégitime , tout le monde à droit à son bonheur ! Couple ou pas, enfant ou pas ; de toute façon avant de pouvoir rendre les autres heureux il faut l’être soi même ❤

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :