Minimalisme #3: passer à l’action

Cet article fait partie d’un thème nommé « Commencer le minimalisme » découpé en trois épisodes : 


Hello tout le monde !

Pour clôturer ces petits épisodes sur “Commencer le minimalisme”, après les ressources passons à de la pratique. Je vais vous lister des actions qui ne vous demanderont pas d’investissement monétaire, seulement de l’investissement personnel 🙂

 

Faire un tri

“On a dit des petits gestes, Sibylle !” Je sais, je sais. Remarquez bien que j’ai mis “faire un tri”: je ne parle pas de faire le tri de votre vie comme le préconise Marie Kondo mais seulement d’en faire un à la fois. Décidez d’une zone à trier, ça peut simplement être un tiroir qui n’attend que ça depuis des années, comme ça peut être la cuisine entière. Faites comme vous le sentez. L’objectif est simplement que vous vous prouviez que vous en êtes capable et que ce n’est pas une mer à boire. Je fais souvent des petits tris, par exemple trier les papiers qui s’accumulent, trier mes chaussettes… Rien d’insurmontable. La sensation de la chose faite alors qu’on la repoussait indéfiniment est toujours agréable.

 

Lister ses besoins

Le nerf de la guerre. Notre envie d’acheter, de consommer, d’avoir du nouveau. De mon côté, je trouvais que j’avais du mal à me réfréner sur mes achats vestimentaires. J’ai donc tout simplement créé une nouvelle liste dans les notes de mon téléphone et dès que je croise un vêtement, un accessoires, des chaussures ou autres qui me plaisent, je le mets dedans. J’ai aussi un dossier “Shopping / I WANT IT!” dans mes favoris. Consigner mes envies me permet de ne pas me sentir frustrée. J’ai l’impression qu’il m’appartient déjà un peu, alors que point du tout.
“Tu ne te fais plus plaisir du coup ?” Ce n’est pas ça. Je reprends le contrôle de mes émotions. Je n’avais aucun self-control sur mes achats, c’était de l’impulsif. Je n’avais pas besoin de tout ça et le plaisir retombait une heure plus tard alors que mon compte en banque, lui, ne voyait pas revenir l’argent dépensé.

 

Définir ses aspirations

J’ai longtemps hésité entre “aspirations” et “objectifs”. Je préfère le mot aspiration qui donne un côté plus organique et moins productiviste que le terme objectif.
C’est la suite logique du point précédent : OK, je ne dépense pas à chaque fois que je vois quelque chose qui me plaît, je garde néanmoins une trace pour le moment opportun… mais quand définir le bon moment ? Cela je l’ai décidé en amont en Septembre 2017 puis j’ai gardé une trace de mes achats au fur et à mesure pour pouvoir analyser plus tard.

Voici ce que j’ai décidé: ne faire rentrer dans ma penderie qu’un vêtement maximum par mois. En janvier 2018, j’ai décidé de rajouter une contrainte: favoriser le seconde main.

Je ne vais pas vous mentir : je n’ai pas tenu l’objectif ! mais au moins, je n’achetais pas sur un coup de tête.

C’est ma première année, j’ai donc choisi mon objectif en conséquence et en fonction d’où je viens. À terme je souhaite acheter 1 item seulement de temps en temps, et uniquement dans l’optique de remplacer un objet existant.

 

Ne plus se balader dans les magasins

Il y a deux ans, il m’arrivait d’aller faire un tour dans les magasins après le travail simplement pour ne pas rentrer directement à la maison et avoir l’impression d’avoir profité un peu de la vie, de casser le rythme “metro/boulot/dodo”. Néanmoins cette habitude est très, mais alors très mauvaise. Je dégaine trop facilement la carte bleue pour aller là bas sereinement sans rien acheter. La solution pour éviter le piège: ne pas y aller. Avec le temps, le fait de me déshabituer me permet d’avoir plus de recul quand j’y vais. Car au final, c’est une sorte de désintoxication que nous essayons d’opérer lorsque nous choisissons le minimalisme. Pour découvrir quels sont nos réels besoins, nous devons d’abord effectuer un sevrage.

 

Dix minutes sans rien faire

Je suis adepte des podcasts, j’adore écouter les gens parler. En écoutant une émission qui parlait sûrement de comment avoir un quotidien plus “zen” ou que sais-je, on propose aux invités présents s’ils ont un conseil simple à donner aux auditeurs. Une invité donne ce conseil :

 

Donnez-vous le plus beau des cadeaux : offrez-vous 10 minutes sans rien faire, une fois par jour.

 

En repensant à ce conseil je me dis toujours “il n’y a pas d’excuses pour ne pas s’offrir 10 minutes de calme”. Ces dix minutes ne demandent pas un changement d’organisation. Ce n’est pas une heure, ce n’est pas un exercice de méditation, vous pouvez même vous enfermer aux toilettes s’il le faut: c’est juste un cadeau pour vous-même.

 

Visualiser une ambiance

Cette partie me vient du livre de Marie Kondo (elle revient souvent dans ma réflexion). Elle vous propose de vous poser et d’imaginer votre intérieur comme vous aimeriez le retrouver, d’aller jusque dans le détail de la tasse de thé chaude sur une table sans aucun papier parasite dessus. Laissez votre imagination s’épanouir en imaginant la scène parfaite de votre choix. De mon côté, j’essaye de plus en plus de visualiser mon futur, de comment je le souhaite profondément. En se faisant, je légitime mes envies et je retrouve une motivation pour le quotidien. Je me souviens du chemin que je souhaite prendre pour l’avenir.

À très vite,

Sibylle

Designer graphique, créative en général, j'aime aussi écrire et prendre des photos. Le bien-être est un sujet qui me fait vibrer, et je souhaite montrer aux gens qu'ils ont le pouvoir de reprendre la main sur leur quotidien, petit à petit.

3 Comments

  1. […] EP3. Passer à l’action […]

    Répondre
  2. […] EP3. Passer à l’action […]

    Répondre
  3. […] l’article Minimalisme #3: passer à l’action, je vous parlais de vous donner des objectifs chiffrés concernant vos achats parasites pour vous […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :