Je suis revenue de mes vacances et j’ai envie de parler sincèrement avec vous. Je veux que ce blog soit un endroit où nous pouvons parler de tout. Je refuse le fait de devoir cacher les moments de bas, comme les moments de haut.

Voici donc un article… sur le blues du retour de vacances.

Au moment de faire nos valises pour repartir, ma mère m’a dit « Ah, on est toujours tristes de partir mais quand même un peu heureux de retourner à la maison ». La réponse est: non. Pas toujours. Tous les ans c’est la même histoire. Je suis heureuse de revenir de la plupart de mes vacances, mais revenir des vacances que je passe sur la côte Atlantique me donne l’impression de me déraciner.

Quand je pars, je me dis « 12 mois d’attente, encore ».

C’est simple, j’en ai conscience de tout ce temps qui me sépare de ma prochaine venue, je connais la langueur, aller lire le journal local, aller regarder le hashtag sur instagram pour voir comment ça se passe là-bas… et donc je pleure, je pleure. Dans la gare, dans le TER, dans le TGV, dans le métro, à la maison… J’ai le blues des vacances. Il suffit que j’ouvre ma valise, que je sorte les vêtements pour faire une lessive et en enlevant un ourlet je vois le sable qui tombe au sol, et c’est reparti.

IMG_6157

D’habitude, j’aime offrir des solutions, vous dire « Pour aller mieux on peut faire ci, ou on peut faire ça » mais pour ce problème là, j’en ai pas (encore). Je pense que si le retour est à chaque fois aussi dur, que la douleur ne s’atténue pas, c’est sûrement que je dois aller y passer une saison ou deux, pour y voir le temps passer, tourner la page. Il y a une affaire en cours quelque part dans mon inconscient, et je ne pense pas pouvoir la comprendre en seulement deux semaines.

Cette année, je l’espère, j’arriverais à tout mettre en place pour l’an prochain pouvoir en profiter plus longtemps. Il faut savoir que c’est pour moi une sorte de paradis inatteignable: il faut prendre le TGV puis le TER puis prendre un bus régional dont je n’ai jamais trouvé les horaires… C’est sûrement une étape dans ma longue mue vers la vie d’adulte. Je commence à me dire que si j’avais le permis de conduire, je serais rassurée par le fait de pouvoir y aller « quand bon me semble » et de repartir de la même manière. Sauf que cette histoire de permis, c’est encore un autre noeud à démêler.

Processed with VSCO with g3 preset

Quand ce post sera publié, je serais déjà rentrée depuis quelques jours déjà, j’espère que j’aurai repris mes marques, retrouvé ma joie de vivre et le feu qui m’animait avant de partir. Je sais que tout ce que je tente, au fond, n’est qu’une tentative de plus de me rapprocher de ce lieu. L’année dernière déjà, quand je cherchais un travail à Bordeaux, c’était pour me rapprocher.

Je n’ai pas peur d’être déçue, car je ne l’idéalise pas. C’est un lieu où je n’ai pas d’amis, pas de famille. Bien sûr que je m’y sentirais seule, que je m’y ennuierais puisqu’en dehors de la haute saison la vie hiberne mais j’ai la sensation qu’il faut que je le vois par moi-même, que je fasse l’expérience pendant quelques temps. Ensuite, je pourrais repartir ailleurs.

Cela fait longtemps maintenant que je ne me sens plus à ma place à Paris, que je m’y sens piégée, engluée. Même si ce n’est pas encore la rentrée de septembre, je souhaite déjà faire mes voeux pour l’année à venir : réussir à retrouver mon indépendance financière et à construire un travail qui me permette de choisir mon lieu de vie.

Ce blues que je ressens, je vois bien que c’est un message que m’envoie mon corps pour me dire qu’il y a un travail non achevé, c’est donc une bonne chose que je sois prête à accueillir cette tristesse et de ne pas en avoir honte. Je l’écoute, et je la note. Je sais qu’elle est là. C’est ce besoin là qui m’encourage à tout chambouler dans ma vie, à tout ré-évaluer. C’est un besoin qui est plus profond qu’il n’en a l’air. Alors, malgré cette tristesse qui m’envahit, je peux la remercier de me montrer la route que je dois emprunter.

Affaire à suivre.

À très vite,

Sibylle.

Publié par :Sibylle Roze

Designer graphique, créative en général, j'aime aussi écrire et prendre des photos. Le bien-être est un sujet qui me fait vibrer, et je souhaite montrer aux gens qu'ils ont le pouvoir de reprendre la main sur leur quotidien, petit à petit.

3 commentaires sur &Idquo;Retour de vacances: accepter la tristesse&rdquo

  1. J’ai découvert votre blog et il m’émeut beaucoup parce que… tout me parle. Je ne sais pas si c’est le bon article pour ce commentaire, mais je suis le même cheminement actuellement, travail sur les angoisses et les émotions négatives, et lire votre propre chemin me fait du bien.

    Et je ne peux pas m’empêcher (et pour rester dans le thème de l’article) mais pour avoir vécu à proximité de la côte Atlantique pendant 2 ans, effectivement le basculement été/hiver est brutal et le temps s’étire à l’infini… pour le meilleur et pour le pire ^^ Cela dit, la nature, l’océan, les montagnes accessibles, c’est unique.

    J'aime

    1. Je ne sais pas comment exprimer ma gratitude pour votre commentaire. C’est un véritable cadeau de m’écrire de si jolies choses ! Je suis heureuse que mes mots trouvent un écho en vous, c’est un long cheminement qui ne s’arrête pas mais qui ne peut que nous aider.

      Êtes-vous partis de la côte Atlantique par choix ? Je le vois comme une expérience à vivre, découvrir justement ce temps qui s’étire ! Dans mon quotidien il semble partir si vite, et en un clin d’oeil plusieurs mois sont passés. Sortir de cet environnement urbain que j’ai toujours connu, me confronter à des sensations ou des moments qui me sortiront de mon confort. Et puis en temps voulu, décider de repartir ailleurs ville ou campagne, en ayant déjà plus conscience de mes besoins. Ah, l’océan. Cette force indomptable qui peut nous rendre si heureux comme dévaster nos constructions… Bref, je m’égare ! 🙂

      Merci encore d’avoir pris le temps d’écrire ce message, il me touche.

      Bonne soirée !

      J'aime

      1. Désolée pour le retard, je n’ai pas eu de notification de réponse du coup je ne me suis pas tout de suite rendue compte que mon message n’était pas passé à la trappe 😉
        Je suis partie de la côte Atlantique pour suivre mon ami, car l’autre réalité de cet espace infini libérateur, c’est aussi la rareté niveau emploi (hors tourisme) dès que l’on sort de Bordeaux.
        Ici le rythme est bien plus rapide, mais après un an, je crois que je commence doucement à le « dompter » et moins me laisser envahir. Et après tout, ce n’est qu’une aventure de plus !

        Bon dimanche !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s